LA CORRIDA  ET VOUS ?


BONJOUR MES AMIS (es)

 

AUJOURD’HUI :

 

«   Place aux CORRIDAS  « 

 

 

Vous avez vu cela et ne me dîtes pas que cela

vous a transporté de bonheur……

 

Que l’on soit pour ou contre la corrida, difficile de nier la place importante de la corrida dans certaines régions de l’Espagne mais également ailleurs (sud de la France, Portugal ou encore en Amérique latine).

 

Dans de nombreuses régions d’Espagne, des corridas sont organisées régulièrement et en particulier lors des ferias. Sur le territoire espagnol, on peut trouver plusieurs dizaines d’arènes pour les corridas. Chaque ville digne de ce nom doit avoir son arène!

 

Ancrée dans la culture et les traditions, les arènes sont fréquentées par de nombreuses personnes quelque soit leur âge!

 

Après avoir assisté à une première corrida, on se rend compte que l’on comprend très rapidement le déroulement de la corrida.

 

Néanmoins, quelques explications peuvent être utiles car le jargon de la corrida emploie de nombreux termes totalement inconnus pour les novices, en dehors peut-être du célèbre matador.

 

Bien avant la corrida en elle-même, souvent en fin de matinée a lieu un tirage au sort appelé sorteo permettant d’attribuer les différents taureaux aux matadors.

 

Tout d’abord, il faut savoir qu’en général une corrida est composée de 6 combats soit 6 mises à mort. Chacun de ces combats est appelé lidia.

 

Avant le premier combat se déroule le paseo, un défilé rapide de tous les participants dans l’arène.

 

C’est après le paseo que commence la lidia. Chaque combat se découpe en 3 grandes parties appelées tercios:

 

•premier tercio (tercio de piques):

 

le matador et ses peones (au nombre de 3, ce sont des toreros qui assistent le matador) effectuent des passes pour évaluer la force et la réactivité du taureau, tout en restant très prudent et parfois distant car le taureau est très réactif et en pleine forme. Après plusieurs minutes, c’est l’entrée dans l’arène du picador (au nombre de 2). Sur son cheval (bien protégé), le picador enfonce son pique à 2 reprises au niveau du haut du dos du taureau. Cette première blessure refroidit déjà les ardeurs du taureau.

 

•second tercio (tercio de banderilles):

 

 après les 2 piques du picador, ceux-ci sortent de l’arène. C’est alors la seconde phase qui débute. Les peones enfoncent successivement 3 banderilles terminées par un harpon, toujours plus au moins dans la même zone sur le dos du taureau, à la jonction entre le dos et le cou. Le taureau est alors fortement blessé et beaucoup moins agité.

 

•troisième tercio (tercio de muleta ou faena)  :

 

 dernier des 3 tercios, il correspond surement à l’image que beaucoup ont en tête lorsque l’on évoque la corrida: le matador effectue plusieurs passes avec son leurre en tissu rouge appelé muleta. A l’agonie, le taureau est beaucoup moins réactif. Ce troisième et dernier tercio se termine par l’estocade, un coup d’épée fatal pour le taureau, planté au niveau de la colonne vertébrale. Une fois à terre, un des peones plante un poignard dans la cervelle du taureau. Le cadavre du taureau est ensuite attaché à des chevaux qui tirent le cadavre hors de l’arène.

 

LA CORRIDA :  je trouve que c’est plutôt barbare.

 

La souffrance de l’animal est flagrante et dure de longues minutes. Une chose est sûre, je n’assisterai plus à une corrida. J’ai d’ailleurs quitter l’arène avant la fin de la corrida à Saragosse.

 

Entendre le public acclamer le matador lorsque le taureau s’effondre, ce n’est pas du tout ma tasse de thé. L’ambiance est proche de celle d’un match de football ou d’une rencontre sportive, sauf qu’ici on fait souffrir un animal … Chaque coup porté au taureau est accueilli par les applaudissements et les cris des spectateurs présents dans l’arène.

 Lors de la seconde mise à mort, le taureau a renversé le matador et a réussi à passer au dessus du mur de l’arène. J’étais tellement choqué par ces scènes de torture que j’aurais bien aimé que le taureau se venge un peu plus … ;-)

Concernant la question de l’interdiction de la corrida, le débat est très souvent enflammé entre pro-corrida et anti-corrida.

 

Le débat porte sur l’interdiction mais aussi sur le fait que l’animal souffre ou non (il faut tout de même être de sacré mauvaise foi pour dire que le taureau ne souffre pas …), sur le côté artistique / culturel, …

===========================================

 

La corrida, un combat ?

 

Je pense qu’une corrida ne peut pas être définie par le terme combat mais plutôt par mise à mort.

 

Par définition, lors d’un combat, on ne ne connait pas forcément l’issue de ce dernier. Hors ici, on est certain d’une chose, le taureau finit par être tué, robuste ou non, brave ou non.

 

De plus, le matador, ses 3 peones et les 2 picadors pour un taureau, c’est plutôt un combat déséquilibré…

 

===========================================

 

Je ne suis pas du tout un expert sur le sujet mais je pense que la phase la plus appréciée des spectateurs est la fin de la corrida car le taureau, blessé et au bord de l’agonie, est alors moins réactif et le matador peut réaliser ses passes.

 

Sans blesser le taureau, soit l’équivalent du début de la corrida, le taureau est très rapide et très réactif et le matador a plus tendance à fuir … Et puis ne nous voilons pas la face, certains spectateurs sont là pour voir du sang je pense …

 

=================================================

 

Quand je faisais mon stage dans le sud de la France, on m’a proposé des tickets pour aller voir une corrida sur Arles. J’ai décliné, pour moi c’est de la barbarie de s’acharner comme cela sur un animal qui n’a aucune chance de s’en sortir (quoi qu’on dise c’est rare que le taureau gagne…)

Je sais bien que dans notre société nous faisons déjà bien trop souvent souffrir les animaux pour satisfaire nos envies alimentaires, pas la peine d’en rajouter dans le spectacle !

 

=============================================

 

La corrida est quelque chose que je n’apprécie guère.

 Maintenant, lorsque l’on baigne dans cette culture depuis le plus jeune âge, difficile d’avoir le même regard.

 

Quoiqu’il en soit, il faudrait que ces pratiques soient interdites … Culture ou pas, ce n’est pas parce que l’on a été barbare dans le passé qu’il faut continuer à l’être aujourd’hui avec le prétexte des traditions.

 

=======================================

 

Je suis un fan absolu de l’Espagne et de leur culture.

 Pourtant, je suis un opposant formel et radical vis à vis de la corrida.

 On ne peut plus accepter, sous pretexte de tradition, de tuer, mettre à mort et une vie. Car c’est ça le problème, on condamne la vie pour amuser, sans aucune possibilité de s’en sortir. Ce n’est pas une simulation de la nature. Il faut stopper cette violence et cette vision offerte à un public assoiffé de sang.

 

En Catalogne (souvent en avance sur les autres régions d’Espagne), la corrida est interdite. Tant mieux ! Le combat doit continuer, surtout quand on voit que des municipalités françaises finances des écoles taurines (Occitanie…) Il est temps d’évoluer

 

==================================

 

 

Qui peut aimer un spectacle de torture? Il faut être un sadique.

 

Ces choses devraient être interdites, mais les politiciens se gardent bien de le faire, de peur de froisser la petite minorité de supporters. Un bon Referendum d’Initiative Populaire ramènerait vite l’ordre.

 

========================================

 

 

Qui peut aimer un spectacle de torture? Il faut être un sadique.

 

Ces choses devraient être interdites, mais les politiciens se gardent bien de le faire, de peur de froisser la petite minorité de supporters.

 

 Un bon Referendum d’Initiative Populaire ramènerait vite l’ordre.

===================================

 

EXTRAIT DE :

https://fr.quora.com/Que-pensez-vous-de-la-Corrida