Storm-Heaven's

 





TOUS CEUX QUE J'AIMAIS... PARMI TANT D'AUTRES








ROMAIN  GARRY ET SON
EPOUSE JEAN SEBERG



 

 


Jean Seberg est née en 1938, elle est découverte à 19 ans dans le film d'Otto Preminger, Jeanne d'Arc. Deux ans plus tard elle devient l'icône de la Nouvelle Vague, grâce à Jean-Luc Godard et à sa prestation inoubliable dans A bout de Souffle au côté de Jean Paul Belmondo. Engagée politiquement, femme passionnée et sublime, elle devient à 24 ans la compagne et la muse incomparable de Romain Gary pour 8 ans.

On peut consulter le très beau site http://www.saintjean.co.uk/ ; où se trouve d'ailleurs nombreux éléments sur Gary, des photos de Jean, et un excellent forum sur l'actrice.






Ses films avec Romain Gary

Les Oiseaux vont mourir au Pérou, 1968. Eastmancolour. Réalisation et scénario : Romain Gary. Directeur de la photographie : Christian Matras Avec Jean Seberg, Danielle Darrieux, Pierre Brasseur, Jean-Pierre Kalfon, Maurice Ronet, Henry Czarniak, Michel Buades, Pierre Koulak, Jackie Lombard. 95 min.
Le film reprend la trame de la nouvelle du même nom, parue en 1962 dans le recueil « Gloire à nos illustres pionniers ». Jean Seberg y incarne une jeune femme frigide. Aux Etats-Unis, il est le premier film à est classé X selon les normes de la Motion Pictures of America. Le film a mauvaise presse en France et en Amérique ; c'est un four. Aujourd'hui, il est fort difficile à voir, aucune édition vidéo ou DVD n'exitant. .

Kill,1972. Scénario et réalisation : Romain Gary Avec Jean Seberg, James Mason, Curd Jürgens. 113 min.
Violent réquisitoire contre les trafiquants de drogue.
Dans La Nuit sera calme, on relèvera un échange intéressant sur ce film :
« F.B. : Parlons de ta haine pour les marchands de drogue… Tu as fait un film, Kill, qui a été interdit en Angleterre en raison de sa violence et où certaines séquences d'exécution -notamment celles des gros pontes de la drogue abattus à la mitraillette, dont les contorsions d'agonie sont scandées sur un rythme et une musique joyeuse de rumba -donnent l'impression d'un règlement de comptes personnels.
R.G : Deux femmes dans ma vie sont ont été tuées par la drogue… » (folio, p. 293) A la différence des Oiseaux, le film existe en DVD.



SA VIE, SON SITE.

http://www.romaingary.org/



Jacqueline  HUET





Speakerine

France
Décédée à l'âge de 56 ans

Née le 20 octobre 1929
  Lieu de naissance : Paris
Décédée le 8 octobre 1986
  Lieu de décès : Paris






Naissance à Istanbul le 29 juillet, Décès à Paris le 24 mars 1990.

Alice Sapritch naît à Istanbul dans une famille bourgeoise arménienne. Lorsque Alice a treize ans, la famille Sapritch quitte la Turquie pour Bruxelles. Elle y poursuit ses études mais bientôt, décidée à devenir comédienne, elle se rend toute seule à Paris. Elle fréquente les cours Simon, puis entre au Conservatoire en suivant l’enseignement de Béatrix Dussane. Elle fait ses débuts au théâtre dans « Hamlet » et au cinéma dans « Premier mai ». Dotée d’un visage et d’une personnalité inhabituels, elle traverse des périodes difficiles et ne parvient à s’imposer qu’à force de patience et de travail acharné. Pendant la guerre, Alice Sapritch fréquente beaucoup Saint-Germain-des-Prés et rencontre Guillaume Hanoteau, qui partagera sa vie durant vingt-cinq ans. Elle est aussi à l'aise dans la comédie que dans les rôles dramatiques et a tourné aussi bien pour le grand que le petit écran.

Dotée d'un visage ingrat, son rôle de duègne se livrant à un mémorable strip-tease dans La folie des grandeurs est particulièrement réjouissant.

Elle a enregistré un album, en 1975 (rééd. 2003, et un 45 tours, en 1986 : Slowez moi. Elle recevra, en 1986, le 7 d'Or de la meilleure comédienne pour l'Affaire Marie Besnard, diffusé la même année sur TF1. Elle a écrit plusieurs ouvrages autobiographiques (Alice, Mes dîners en ville, Femme-public Ma vérité et Mémoires inachevés) et un roman (Un amour menacé, 1973).






FRANÇOISE SAGAN

Issue d'une famille de la grande bourgeoisie, Françoise Quoirez dite Sagan passe une enfance épargnée par les pénuries de la Seconde Guerre mondiale. Les années défilent mais le triomphe, lui, se profile grâce à son roman 'Bonjour tristesse' écrit à l'âge de dix-sept ans. Bien que le public et la critique soient séduits, cette oeuvre suscite la polémique. Traitant du désir sexuel d'un point de vue féminin, les remarques le concernant sont quelque peu acerbes. Françoise Sagan adopte par la suite un style de vie des plus décalés autant sur le plan de l'avoir que de l'être. Ses oeuvres s'en inspirent et mettent en exergue l'ennui et la fuite dans l'alcool. Elle incarne une insolence et une fraîcheur qui ne pouvaient que choquer les étouffantes années 50. Tentée par la scène, elle s'essaie à quelques pièces de théâtre : 'Château en Suède', 'la Robe mauve de Valentine', 'l'Excès contraire'... Malgré le succès de ses oeuvres, elle n'a jamais reçu aucun prix littéraire de première importance. Si on peut toujours discuter de sa véritable place dans le panthéon littéraire, Françoise Sagan était avant tout un être vrai et libre. Elle restera dans l'histoire comme un personnage de roman, sans doute plus important que ses livres, un mythe dont la notoriété dépasse les frontières de l'Hexagone, le totem d'une époque faite de liberté

Quelques  citations de Françoise SAGAN :


« Quand on se tue, c'est pour infliger sa mort aux autres. Il est très rare de voir des suicides élégants. »

« Au théâtre il y a des règles très précises d'unité, on peut donc mettre en scène des gens exceptionnels, des fous. L'excès des contraintes et l'excès de liberté font que la pièce s'équilibre d'elle-même. »

« La jeunesse est la seule génération raisonnable. »

La mémoire est aussi menteuse que l'imagination, et bien plus dangereuse

avec ses petits airs studieux.

 

Quand on est mal parti, il faut essayer de continuer

 

Les gens ne croient plus à la mort. Ils croient à l'usure.

 

La culture est ce qui reste quand on ne sait rien faire.

 

Sur ce sentiment inconnu, dont l'ennui, la douceur m'obsèdent, 

j'hésite à apposer le nom,

le beau nom grave de tristesse

 

Mon passe-temps favori, c'est laisser passer le temps, 

avoir du temps, prendre son temps,

perdre son temps,

vivre à contretemps

 

Nous sommes peu à penser trop, trop à penser peu

 

Cette effrayante santé morale que donne l'ambition !

 

Entre deux personnes, l'enfance, c'est pire que trente ans de mariage.

 

La culture, c'est comme la confiture, moins on en a, plus on l'étale.

 

Quand votre femme vous trompe, on est ridicule si on l'ignore,

complaisant si on le sait,

et névrosé si on en souffre.

 

La terre seule me rassure, quelle que soit la part de boue qu'elle contient

 

J'ai trop le désir qu'on respecte ma liberté

pour ne pas respecter celle des autres.

 

Aimer, ce n'est pas seulement "aimer bien" ; c'est surtout comprendre

 

La terre est peuplée de truqueurs et de bavards, qui se servent des mots comme d'une monnaie qu'ils sauraient fausse.

 

Pour moi, le bonheur, c'est d'abord d'être bien



PROVERBES ET CITATIONS DU MONDE ENTIER


http://www.evene.fr/citations/theme/proverbes-du-monde.php




B A R B A R A



http://www.fortunecity.com/victorian/literary/133/barmain.html


CALLAS Maria





http://callas.free.fr/






http://www.noureev.org/goodies/ecard.php#









LA BIOGRAPHIE DE RAYMOND DEVOS

Enfant, Raymond Devos rêve d'être un artiste. Il se découvre très tôt un don
 pour raconter des histoires. Sa soif de connaissance est immense et,
longtemps après avoir arrêté ses études, il continue à faire preuve d'une curiosité
 qui n'a d'égale que sa volonté d'apprendre.
Elevé dans une famille de mélomanes, il joue lui-même de la harpe, de la clarinette,
du piano... Il commence à suivre des cours de théâtre, qui sont interrompus par la guerre.
Raymond Devos est soumis au service du travail obligatoire.
Loin de se résigner, il organise quelques spectacles improvisés au bon plaisir de ses compagnons d'infortune.
Dès sa rentrée à Paris, il intègre l'école de mime d'Etienne Ducroux et fait
 ses débuts dans un numéro à trois partenaires : 'Les Trois Cousins'.
 Désireux d'écrire ses propres textes, il s'essaye au one-man show où il met
en exergue son don indéniable pour les jeux de mots.
Il s'approprie la langue française pour lui insuffler une note poétique.
Le succès est au rendez-vous et Raymond Devos multiplie les apparitions
dans les salles de spectacles, accompagné de son fidèle pianiste.
 Les plus grandes salles l'accueillent : Bobino, l'Olympia... Musicien, mime,
jongleur, équilibriste, ce comique aux talents multiples a réalisé son rêve : il est devenu un artiste unique, reconnu et apprécié.



-----------------------------

LES CITATATIONS DE RAYMOND DEVOS
clic sur l'URL :

http://www.evene.fr/citations/auteur.php?ida=2220&celebrite=raymond-devos

 

CLIC SUR L'IMAGE


CLIC SUR L' IMAGE



CLIC SUR' L IMAGE